The Armed : nouvelle video à décourir d’urgence !

The Armed viennent de dévoiler une troisième video, illustrant cette fois le morceau « Heavily Lined », extrait du récent ‘ONLY LOVE’ paru au printemps dernier via No Rest Until Ruin & Throatruiner Records. Les fans retrouveront la ‘suite’ du clip / court-métrage qu’ils avaient réalisé en 2015 pour le morceau « Paradise Day » présent sur l’album… ‘Untitled’ sorti à l’époque en téléchargement libre.

Welcome Marble Arch !

Quatre ans après la parution de The Bloom Of Division, Marble Arch est de retour avec Children Of The Slump. Signé sur le tout jeune label Géographie et mixé par Bart Bouveret, Children Of The Slump s’annonce comme un des grands rendez-vous de 2019 !

I’m on my way, est le premier extrait de leur  nouvel album, prévu pour février 2019, chez Géographie

1er Album éponyme de Moaning sur Sub Pop !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Flirtant entre l’ombre et la lumière et frappé par des expériences collectives riches en espoirs et désillusions, Moaning envoie tout valser sur leur premier album rempli de morceaux bien agressifs et bruitistes à l’image de « Don’t Go », « Artificial » mais encore « Does This Work For You ». Le trio de Los Angeles a bien évidemment digéré les influences de Bauhaus et Joy Division mais on y perçoit également les spectres de The Cheatahs et de The Melvins par moments mais possède une science bien infuse notamment sur les frissonnants « Close », « The Same » et « Useless » entre autres.

 

 

Metz : 3e Album pour le trio Canadien !

Les conduits auditifs de celles et ceux pour qui le nom de METZ est associé à autre chose qu’une paisible ville de Moselle ne le savent que trop bien: ce groupe-là n’a besoin de personne pour faire du bon gros bruit. En effet, en deux albums pour Sub Pop, le trio canadien s’est taillé une sacrée réputation, toujours soutenue par des albums qui le voyaient démontrer avec pertes et fracas que le noise rock peut être incroyablement mélodique et qu’on peut encore revendiquer un fort héritage grunge dans les années 2010 sans passer pour des pilleurs de tombe.

Besoin de personne donc. Enfin, sauf quand la possibilité d’aller faire un petit tour du côté des studios d’un certain Steve Albini se présente. On sait que le gourou de Chicago ne propose pas ses services à des enculeurs de mouches, et ça tombe plutôt bien: ce n’est pas non plus une discipline dans laquelle excelle le groupe de Toronto – là où il fait montre d’une totale générosité niveau distribution de mandales. En gros, il n’aura fallu que quatre jours au groupe pour enregistrer « live to tape » 14 nouvelles compositions, dont onze se sont au final retrouvées sur Strange Peace.

Et le résultat? Une impeccable B.O. de l’actuelle sinistrose ambiante, ‘straight to the fuckin’ point’. On avait déjà pu observer combien les mecs visaient le foie sur leurs deux premiers albums, mais on aurait pu penser que cette formule allait bien finir par s’essouffler un jour. Mais en passant par la case des Electrical Studios, le groupe se voit offrir la possibilité de proposer quelque chose de neuf, de mettre différemment en lumière les différents ingrédients qui composent sa formule. Et très clairement, on sent que Steve Albini y est pour quelque chose dans cette légère mue, qu’il règle les presets de sa console sur le mode In Utero sur la quasi intégralité du disque (ce son de batterie à la profondeur folle), ou qu’il reproduise avec METZ le genre folie contrôlée qu’il avait été capable de déclencher sur le Attack On Memory des Cloud Nothings – c’est particulièrement frappant sur « Raw Materials », long morceau de clôture dont la structure en montagnes ruses ressemble à s’y méprendre à celles de l’incroyable « Wasted Days ».

Face à un disque qui tape dans la trentaine de minutes et n’offre pas le moindre répit, il n’y a d’autre solution que de subir l’expérience, de se ramasser les riffs lourds, les éructations rauques et les coups de butoir rythmique en attendant que ça passe. Mais on vous rassure tout de suite: y’a vraiment pire comme supplice.

http://www.goutemesdisques.com

 

 

 

 

 

 

Albeit Living : 2ème album de Sextile

Albeit Living :  2ème Album pour Sextile !    

Sextile, masse d’énergie brute née en 2015 dans les souterrains de Los Angeles, quatuor futuriste accroché aux branches des eighties, et bien évidemment, aux racines de Bauhaus, de Joy Division, de Cure… Après le terrible A Thousand Hands, le combo a sorti Albeit Living, deuxième album écrit au MS-10, perché sur des voix implorantes, des martèlements obsessionnels, des mélodies à pleurer. Sophistiqué comme un enfant de 4AD, sauvage comme le ‘raw fucking power’ de l’Iguane, beaux comme les sourires mortels des Prédateurs.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Page 1 of 9  1  2  3  4  5 » ...  Last »