Biographie.

Encore méconnus il y a quelques années, les deux DJs aux visages masqués et multicolores ont connu une ascension fulgurante. C’est qu’on les attendait ces Péruviens, dont le pays a été pionnier dans le métissage de la cumbia aux musiques psychédéliques des années 1970.
Depuis, on n’espérait plus le mariage tant attendu entre la cumbia, les rythmes afropéruviens et les musiques électroniques. Mais le messie est enfin arrivé et il porte trois fois le nom d’une infection virale : Dengue Dengue Dengue! Et le patronyme semble prophétique, tant l’épidémie musicale se répand rapidement de l’hémisphère sud à toute l’Europe.

Mélange éclectique et réussi d’une musique traditionnelle de la jungle et de rythmes urbains frénétiques, les cumbias de Dengue Dengue Dengue engendrent une énergie délirante sur la piste de danse.

Derrière les masques se cachent Felipe Salmon et Rafael Pereira, deux producteurs, DJs et graphistes de Lima, Pérou. Lors de leurs performances live, ils ajoutent une partie vjing pour créer un spectacle audiovisuel complet et impeccable, talent pour lequel ils sont immédiatement reconnus dès le milieu de l’année 2010. Chaque performance est accompagnée de visuels et de masques délirants.
Début 2011, ils commencent à publier leurs propres productions, à travers les blogs et les plateformes spécialisées parmi les plus importants du milieu, aux Etats Unis, en Europe, et au Royaume-Uni. Leur son unique se propage rapidement, et se fait entendre dans les plus grands festivals et concerts de Lima. Avec le « Collectif Auxiliar », ils démarrent le projet des soirées « TOMA ! », aidant ainsi à consolider une scène créative et innovatrice de la « tropical bass » à Lima.

En 2012, ils lancent leur premier album, intitulé « La Alianza Profana » et leur première vidéo pour le single « Simiolo ». L’album et la vidéo, publiés par la maison de disque péruvienne Auxiliar, reçoivent un accueil sans précédent de la part du public et de la presse, au niveau national et international. Le son de l’album arrive jusqu’aux oreilles de la maison de disque Chusma Record qui le ré-édite en 2013, pour l’Europe, le Japon et l’Océanie.
Plus tard cette année-là, le trio DDD! joue au NOVA Art Festival à Sao Paulo, Brésil, et pour la IIIe Biennale Ibéro-Américaine de Design à Madrid, en Espagne.

2013 est l’année de leur véritable envol : elle commence avec une grande tournée au Mexique et, à partir de juin, une tournée extraordinaire en Europe qui durera deux mois, et pour laquelle ils se produiront dans des villes comme Berlin, Vienne, Prague, Madrid, Barcelone, Paris, Stockholm, entre autres. En juillet, Chusma Records sort l’EP Simiolo Remixes, et Enchufada Records lance le titre Lockumba pour la série “Upper Cuts”, qui met encore en avant une nouvelle facette du son des Dengue Dengue Dengue.

Arrivé en 2014, le son de DDD a muri et s’est développé dans un spectre de sonorités plus vaste, incorporant des éléments non seulement du Pérou, mais étudiant aussi d’autres cultures et leurs musiques traditionnelles. Au cours de leurs voyages à travers l’Europe, l’Asie et les Amériques pour des performances, ils collectionnent les sons et les idées.

Le duo sort son EP “Serpiente Dorada” sur le label de Buraka Son Sistema, Enchufada Records, avec 6 nouveaux titres qui placent leur musique à un niveau supérieur. Ils partent autour du monde et se produisent durant 3 tournées européennes (42 performances) et jouent aussi à Cuba, au Japon, en Argentine, au Chili, en Chine, au Brésil, en Colombie, etc. pour jouer dans les festivals les plus reconnus comme Roskilde, Dour, Paleo et un concert exceptionnel au Festival SONAR, pour lequel ils sont cités par Xlr8r comme l’une des meilleures performances du festival. Ils ont aussi l’honneur d’être invités par la Red Bull Music Academy pour donner une conférence sur leurs sessions académiques à Tokyo.

Tracklist.

Video.